Interview CHILDREN IN PARADISE (Metal is the Law)

Metal is the law

Pour en savoir plus sur la génèse du groupe et le nouvel album actuellement en préparation …

Voici une interview accordée à Metal is The Law , super webzine que nous vous invitons à consulter régulièrement, pour tous les fans de metal, de rock et de musique que vous n’avez pas l’habitude d’entendre sur les grandes ondes … nous voici dans notre petit cocon de l’underground ! Certes, on en chie, mais qu’est ce qu’on y est bien, parce que libres, libre d’aimer et de libre de créer …

Voici pour en savoir un peu plus sur la génèse du groupe CHILDREN IN PARADISE et le nouvel album  » MORRIGAN  » actuellement en préparation. Un grand merci à David pour son soutien et longue vie à Metal is the Law ! Source : http://www.metalisthelaw.com/?p=2157

«  Il est des groupes qui ne rentrent pas dans les cases, des groupes pour lesquels une étiquette ne pourrait nous donner qu’un aperçu infime et si réducteur de leur potentiel poétique et musical. CHILDREN IN PARADISE est de ceux là…Il s’agit ici d’un groupe dont, ni le soft rock cousu sur du velours d’un côté et du satin de l’autre qu’ils avancent avec une manière progressive si singulière, ni le folk celtique qu’ils arborent fièrement pour asseoir leur identité et ancrer leurs racines dans une personnalité au caractère si fort ne peuvent arriver à la cheville d’une vocaliste au talent si grand et à la douceur si incommensurable.
CHILDREN IN PARADISE nous a offert une première œuvre qui a su ensorceler les âmes réceptives à cette identité musicale, et comme si cela n’avait pas suffit, le successeur « Morrigan » est en cours, alors depuis le temps que nous devions la faire, la voici enfin, l’interview de Dam Kat et de Gwalchmei qui a traversé les semaines et elle fait du bien à l’âme…

Bonjour, tout d’abord, avant de commencer cette interview, je tiens d’abord à  préciser que j’avais plusieurs questions et que le boulet intersidéral que je suis a effacé le fichier, par conséquent je suis reparti de zéro pour réaliser cette interview…je suis deg…Enfin bref…., en tous les cas, content de te poser enfin quelques questions….

La première, est bien évidemment relative à toi Kat, car quand on découvre tes goûts musicaux, qui sont magnifiques, je parle de Dead Can Dance, Lisa Gerrard, Radiohead, Jeff Buckley, on se rend rapidement compte que tout ceci est la synthèse obligatoire de Children In Paradise, j’aimerais alors savoir ce qui t’as poussé au départ, en 2007 à monter ce projet aujourd’hui qui prend de l’ampleur chaque jour ?
Dam Kat : Bonjour David. Et bien, merci beaucoup. Oui ce sont des artistes et des groupes comme Dead can Dance , Brendan Perry, Lisa Gerrard mais aussi Pink Floyd, Led Zep, ou Anathema qui m’ont donné envie de devenir musicienne . Créer, composer : cela me permet de me surpasser et de transcender certaines souffrances , d’en faire quelque chose en musique. Certaines de ces ombres de ce fait, s’estompent alors un tout petit peu. La musique est toute ma vie aujourd’hui. C’est une recherche spirituelle  qui m’a poussé à fonder Children in Paradise, une soif de liberté aussi et de créativité .

Et pourquoi t’es-tu entourée des gens qui sont avec toi spécifiquement, pourquoi ceux-là, parce qu’avec ton parcours tu aurais pu amplement réaliser cela seule ? Est-ce plus une question de cœur que de talent  musical, bien que les deux soient indépendants ?

Dam Kat : Un amour véritable et inconditionnel pour la musique, une évidence d’être à ma place de musicienne, et une forme de sérénité : voilà ce qui me caractérise aujourd’hui. J’essaie de travailler avec des gens qui me ressemblent un tout petit peu oui. Cela se ressent ensuite en studio et  sur scène après la sortie de l’album. Cette soif de création,  ma vie intime et ma vie de musicienne sont si intimement liées. J’essaie d’aider les autres dés que je le peux , de vivre pleinement la musique et pour la musique, mais il ne faut surtout pas oublier ses proches et faire en sorte qu’ils soient heureux. Oui, c’est vrai aussi, l’amitié entre musiciens est trés précieuse à mes yeux.

Patrick Boileau (Dan Ar Braz) était avec vous depuis les débuts, et aujourd’hui vous cherchez un autre batteur, que s’est-il passé ? Etes vous toujours en bons termes si cela n’est pas trop intrusif ? Quel est aujourd’hui le line-up actuel de Children In Paradise alors ?

Dam Kat : Oui, le line up a changé. Nous avons décidé de travailler différemment pour le deuxième album, et  notre formation actuelle correspond vraiment à ce que l’on recherchait depuis le début avec Gwalchmei : vivre un vrai projet de groupe où tout le monde participe aux arrangements, ou chacun puisse apporter ses idées. (…) Nous avons repris le travail pour la phase des arrangements du nouvel album  » Morrigan  » . La douceur et le groove de Stéphane s’allie bien avec  ma voix et la douceur qui la caractérise, une petite surprise tout de meme pour le nouvel album puisque je chanterai guttural aussi, ce sera tout nouveau pour moi. Un petit défi qui me plait bien, les premiers essais sont assez concluants :) J’incarnerai, sur un petit passage, la Morrigan maléfique (…)

Petit aparté dessus car l’on reviendra sur le second album à venir tout à l’heure, attendu que cela arrive en ce moment, est-ce que cela va retarder ce second album d’une part et ensuite, il s’était occupé des arrangements, du mixage de « Esyllt » est-ce que l’on doit s’attendre à du changement de ce côté là aussi ?

Dam Kat : La phase des arrangements avec le groupe a commencé en Septembre. Nous avons surtout commencé à travailler les parties guitares de Gwalchmei. Il  reste encore la basse et la batterie avec Guillaume et Stéphane. Cette phase des arrangements se terminera je l’espère au printemps. Du coté du chant,  des chœurs et des parties claviers et des violons dont je m’occupe, ce sera tout à la fin. Avec toute la précision et la finesse que cela nécessite.

https://i1.wp.com/www.metalisthelaw.com/wp-content/uploads/2015/01/children-in-paradise-esyllt.jpg

Toujours pour parler des musiciens car c’est aussi ce qui a donné un relief énorme à votre premier album « Esyllt » sorti en 2011, est-ce que tu peux nous parler un peu de ta rencontre avec Pat O May  ainsi que de tes rapport avec Clotilde Trouillaud qui ont participé en tant que guests sur ce premier album ?
Dam Kat : Oui, bien sur. Clotilde Trouillaud est une talentueuse harpiste, qui vit ici, en Bretagne. Je l’ai rencontré grâce à Patrick Boileau. Quant à Pat  O May, je suis son travail avec admiration depuis de nombreuses années. C’est grâce à Gwalchmei qui a suivi une « master class » avec Pat, il y’a plusieurs années de cela. Le titre  » King Arthur’s death  » enregistré avec Pat a d’ailleurs été retransmis en radio à l’étranger à plusieurs reprises , en Allemagne, au Brésil , en Grèce également :) C’est Pat  O May lui-même qui nous a proposé de participer sur l’album «  Esyllt ». Evidemment, cela nous a énormément touché. Sa musique reste pour nous symbole de liberté et de grands voyages cosmiques.

Mon dernier descriptif sur les membres de Children In Paradise sera pour Gwalch’mei, j’ai vu qu’à côté de la guitare tu écrivais, et je ne cache pas que l’écriture est pour moi quelque chose d’important. Alors te sens-tu de nous parler un peu de toi notamment sur les livres que tu écris, comme « Les livres dont vous êtes le héros » ainsi que tes romans fantastiques car cela m’intéresse grandement, et n’hésite pas à me donner tes références et des détails s’il te plait….

Gwalchmei : En fait, c’est une passion qui remonte à loin et qui reste intimement liée à mes émotions, à mon ressenti au même titre que la musique. Des contes de l’enfance à la littérature fantastique, j’ai toujours eu besoin de laisser vagabonder mon esprit. Tout cela nourrit mon imaginaire insatiable et m’accompagne au quotidien. Je ne pourrais pas faire sans. C’est parfois un refuge douillet et nécessaire le temps d’une lecture ou alors un exutoire qui se traduit pas des écrits plus ou moins avancés inondant des centaines de pages. Et ce, depuis aussi longtemps que je me souvienne. Le clin d’œil avec les livres dont vous êtes le héros ou livres-jeux (plus pompeusement, littérature interactive) vient du fait que, comme beaucoup, j’ai découvert le genre au milieu des années 80 et trouvé aussitôt le concept génial. C’était une véritable industrie à l’époque avec des dizaines de séries et plusieurs centaines de références. Une mine d’or ! Pour un joueur esseulé, perdu dans une petite ville de province aux hivers interminables, la perspective de vivre des aventures mémorables sans autres artifices que ces bouquins et leurs paragraphes numérotés, quelques dés, une feuille de papier et un crayon était incroyable ! L’évolution de l’informatique, l’essor des jeux vidéos et internet a tué le genre, mais son âme reste encore vivace au sein d’une petite communauté qui publie régulièrement des fanzines ou anime des forums. Il y a même des prémices d’une résurrection possible en incorporant à ces récits des mécaniques de jeu moderne (que l’on va retrouver dans les MMORPG par exemple) ou alors en déclinant le support sous d’autres formats (applications pour tablettes et surtout la BD qui en fait quelque chose de très ludique et immersif). J’aurais d’ailleurs bientôt un projet dans ce domaine a annoncer au printemps prochain !

Kat, la musique celtique semble plus que présente dans ta vie, mais lorsque l’on connait  un peu plus ce qui t’entoure,  on peut s’apercevoir que c’est plus que cela, plus que de la musique….Au delà on peut découvrir une espèce de style de vie, même si le mot peut paraître fort, alors explique nous ce qu’il en est vraiment de ton monde celtique, ton attrait pour cet environnement culturel et cette fusion qui te garde vraiment liée à ce monde ?

Dam Kat :  oui, c’est vrai. Je vis désormais en Bretagne, terre de légendes aux lumières incroyables. Il suffit de venir ici  un soir de pleine lune, ou pendant les tempêtes au bord des cotes ou alors au détour d’un sentier en Foret de  Brocéliande pour s’en rendre compte . Tout est magique ici et je m’y sens tellement bien. Tu fais peut être référence  à ma passion pour l’archéologie. C’est vrai que  je me  tourne souvent vers le passé . J’ai eu besoin de me pencher sur mes racines. Je pense qu’il ne faut pas oublier d’où l’on vient et nous avons tous ce passé celtique en commun. Je l’étudie avec passion depuis de nombreuses années. Je suis avec intérêt les recherches archéologiques . L’histoire des peuples  Celtes et des Gaulois est absolument passionnante à étudier. Loin des clichés, l’on découvre une civilisation hors du commun qui n’a rien à envier aux grecs ou à l’ envahisseur romain. Je visite les sites de fouilles archéologiques, les musées , les expositions temporaires dés que l’occasion se présente . J’effectue aussi de nombreuses recherches documentaires à ce sujet, oui, c’est vrai.

CHILDREN IN PARADISE CONCERT

Photo : Children in Paradise à l’Helicoop Crédit : J-L Malaisé

Parallèlement, voici ce qui m’a beaucoup interpellé, c’est que malgré tout, Dam Kat c’est aussi une fan de Bolt Thrower une fan de death et amis de grindeux, alors ce paradoxe, il vient d’où ?
Dam Kat : Ah ah :) oui , mais tu sais,  mon walk man à  l’époque de mon adolescence, jamais je ne l’oublierai , c’était le vieux Sony bleu, super lourd, tu l’as peut être eu également ? Le temps des cassettes et de la musique « new wave », de Michael Jakson puis d’ Iron Maiden, mes premiers coups de coeur. Je suis passée de la pop, au rock, puis du hard rock au métal, puis du métal au death metal, c’est le chemin des plus lumineux qui soit :) Ensuite est arrivé le temps du rock prog, le temps de la sagesse ^^ et des musiques de film, le Seigneur des Anneaux et les musiques d’Howard Shore que j’adore… Je suis très éclectique aujourd’hui. J’écoute aussi bien de la musique classique, que du jazz, du trip hop, toutes sortes de musiques du monde aussi… J’ai un souvenir très précis de mes 8-9 ans. J’aimais déjà beaucoup chanter, et très souvent sur les albums du groupe  » ABBA » que ma maman collectionnait…C’est dire l’évolution positive : ABBA / Bolthrower : un grand écart que peu de monde ose faire . ^^ C’est surtout plus tard,  quand j’étais étudiante à Lille, j’ai beaucoup sillonné le nord de la France et la Belgique pour assister à de grands festivals métal de l’époque. J’ai découvert de supers groupes comme Grave, Ministry, Bolthrower, Treponem Pal, Carcass mais aussi SUP Loudblast que j’ai suivi pendant longtemps ! De très beaux souvenirs avec les tous premiers concerts d’Anathema, à leurs tous débuts, que je n’oublierai jamais non plus. Et puis Dead can Dance à Bruxelles, dans les années 90 : le choc de ma vie, énormissime , quelque chose s’est véritablement ouvert et déclenché en moi à ce moment là !

Avant d’en venir au cœur du sujet, voici une dernière chose à éclaircir, CHILDREN IN PARADISE est là, en pleine effervescence, et tu as eu besoin d’écrire un projet solo, un premier album solo où j’ai la sensation que les émotions seront encore plus à fleurs de peau car il semble que ce soit encore plus folk,celtique et world musique….Parle nous de ce projet s’il te plait, de son avancée, de son écriture, des concerts à venir…c’est très intriguant en fait ?

Dam Kat :  Oui. Ce sera un vrai défi pour moi. Je ferai tout de A à Z. Je composerai les musiques et je réaliserai également tous les arrangements. Je savais qu’avant de pouvoir réaliser et produire cela toute seule, cela prendrait plusieurs années. Il fallait beaucoup travailler et attendre que je sois prête.

Qu’est-ce que tu ne trouvais pas en CHILDREN IN PARADISE que tu avais besoin d’exprimer dans ce projet solo ? Car malgré tout tu as cherché d’autres musiciens non ?
Dam Kat : Je ne vais pas du tout rester sur mes acquis , bien au contraire. Je vais tenter de progresser encore et encore. J’utiliserai la même exigence, et je continuerai de développer mon travail sur l’ » hypnose  » et l’ « immédiateté  » en musique. La musique doit être simple, pas de juxtapositions de couches, au contraire, j’aimerais aller vers l’épure. Chaque instrument, chaque intervention sera millimétrée avec précision au service de l’émotion » à l’état pur. J’ai commencé à me pencher sur cet album solo cet été. Avec Children in Paradise, je m’inspire en parties des Légendes Celtiques. Pour cet album solo, je vais m’éloigner de ce corpus littéraire et légendaire celtique pour réellement puiser au fond de moi. Ce sera beaucoup plus autobiographique. Dés que j’aurai une dizaine de chansons, je commencerai à monter mon équipe. Pour l’instant j’en suis à 4 titres , mais cela restera  très proche du son de Children de toute façon. Si des musiciens sont interessés pour me rejoindre, ils peuvent me contacter, ce sera avec plaisir.

On  se rend compte en écoutant « Esyllt », et je l’ai écouté une sacrée paires de fois et je l’écoute encore, que vous avez donné à la musique celtique une espèce d’extension musicale en l’ouvrant sur le monde rock/prog de manière soft, douce et poétique…Avec les trois années qui séparent ce premier album de la conception du second « Morrigan » , quel regard portez-vous sur le sillon laissé par le premier album, car à en voir l’actualité de CHILDREN IN PARADISE, vous arrivez à dispatcher cette production, vraiment au loin au delà de nos frontières que ce soit en commande physique qu’en passage radio, c’est plutôt encourageant non ?

Dam Kat : Merci David. Cette douceur me plait beaucoup et elle me caractérise bien. Oui, une  poésie aussi, tu as raison. Une authenticité que je recherche à exprimer. Une forme de dignité aussi, coûte que couûte, quoi qu’il arrive dans la vie, essayer de rester fort, tu vois, malgré les tempêtes. Cette poésie est aussi due en grande partie, je pense, à mes sources : les légendes et ce corpus littéraire ancien celtique dont je m’inspire, et auquel j’aime rendre hommage.  Ces légendes celtiques , irlandaises, galloises ou bretonnes me font vraiment rêver. Et puis, les envies évoluent. J’ai désormais envie de creuser des dualités en musique, entre envolée et enfouissement, entre force, puissance et douceur . Osciller et creuser encore plus intensément dans l’émotion, sans tomber dans le Pathos.  Etre encore plus sincère et authentique au moment de l’écriture des mélodies et puiser aussi dans mes propres souffrances pour composer. « Esyllt » restera une formidable expérience studio. C’était une première. La sortie d’un tout 1er album : c’était un vrai rêve qui s’est enfin réalisé !  Les chansons sont pour la plupart baignées de douceur. Celle-ci va très nettement s’estomper dans le 2ème album, pour laisser place à des musiques plus  intenses .  Oui. L ‘album a très bien été accueilli à l’étranger, et beaucoup diffusé en Radio et sur les webradio spécialisées prog. Nous avons aussi signé deux contrats de distribution en 2014 , le 1er en Pologne et le 2ème en Italie. Cela nous a vraiment fait très plaisir.

« Esyllt » c’était le Roi Arthur, Tristan et Iseult, et pas mal de thématiques celtiques. Est-ce que tu peux nous parler des thématiques de « Morrigan » car tu nous a annoncé un triptyque concentré sur le cauchemar, l’amour et la prophétie. Alors dis nous un peu de quoi va vraiment parler cet album car malgré tout vous lui avez donné un titre encore plus celtique au final avec « Morrigan » ?

Dam Kat : Oui. Il sera effectivement question de cauchemar, d’amour et de prophétie : j’ai choisi « La Morrigan  »  comme  personnage principal pour son coté effrayant , et très éloigné de la romantique  Esyllt  justement. J’aime sondé l’âme humaine en musique, dans ce qu’elle a de plus  merveilleux et de plus horrible et de plus effrayant . J’ai envie de comprendre pour quoi les hommes ont choisi  »  la Morrigan  » comme personnage féminin pour incarner la mort . Un personnage si intense, fort en symbole et extrêmement énigmatique ! Une formidable  source d’inspiration . C’est aussi après avoir lu un ouvrage aujourd’hui très cher à mes yeux, que j’ai eu l’idée de cette thématique de la Morrigan : il s’agit de  » la Razzia des vaches de Colley  » un très ancien texte du XI ème siècle écrit par les moines irlandais. Au cours des guerres mythiques d’Irlande, la Morrigan apparaît sous différentes formes animales . Déesse de la mort, elle a de nombreux pouvoirs. Elle peut tout aussi bien inspirer la peur ou le courage aux guerriers sur le champ de bataille…

Extrait vidéo (publiée sur la page fb de Children in Paradise)

Dans la « Razzia des vaches de Cooley », c’est sous l’apparence d’une belle et jeune fille aux sourcils roux qu’elle apparait. Elle tentera un jour de séduire Cúchulainn, le plus impressionnants des guerriers. Celui-ci refusera ses avances. Elle décide alors de se venger et le menacera sous l’aspect de différents formes animales.  Voilà un peu l’ambiance  » du nouvel album…sans trop vous dévoiler la suite, les trois visages de la Morrigan seront illustrés en musique… Entre musique de film, rock prog, et métal, ce sera très épique. Nous espérons très sincèrement que cela vous plaira. Vous serez baignés entre l’amour et la haine, la magie et les forces de la déesse, prête à user de son charme et de sa férocité. Un voyage dans l’ Irlande des temps anciens ou les hommes défiaient les Dieux où les Déesses décidaient du sort des hommes !

Où en est l’album aujourd’hui, au niveau de la composition je suppose que ça doit être fait non ? Mais l’enregistrement , vous comptez changer de stratégie ou retravailler comme vous l’avez fait pour « Esyllt » ?

Dam Kat : Nous avons travaillé de la même manière que pour « Esyllt ». J’ai composé les musiques pendant 2 ans à peu près, j’ai voulu prendre mon temps pour bien faire mûrir le projet. Ensuite, la phase des arrangements, cette fois-ci à 4. Et puis , pour le studio, nous sommes en train d’y réfléchir justement. Soit nous l’enregistrerons en Bretagne, soit ce sera en Angleterre. Rien n’est encore fixé. Nous prendrons notre décision d’ici quelques jours.

Sur « Esyllt » justement Kat tu avais écrit la musique et avec Gwalc’h vous aviez écrit les paroles. Est-ce que là encore tu as réitéré l’exploit ou tu as laissé peut-être plus de liberté à lui ou à d’autres pour orienter tel ou tel thème, ce qui aurait pu expliquer ta volonté quelque part de faire un album solo ?

Dam Kat : Oui, après avoir terminé les premières musiques et les premières maquettes, je suis allée séjourner en résidence, pendant 1 mois, dans le Finistère, pour finaliser les thématiques et textes de l’album. Tout ce sera vraiment finalisé pendant la pré-prod.

CHILDREN IN PARADISE MORRIGAN

Si dans les semaines à venir, beaucoup de choses positives semblent se profiler, je parle du prochain prix découverte « Ampli ouest France » dont je te laisse le loisir d’expliquer, on dirait aussi que ce qui va te procurer énormément de plaisir c’est aussi les cours de chant que tu vas donner et vu tes performances sur « Esyllt » je pense que les heureux élèves seront comblés non ?
Dam Kat : Oui, on y a participé à l’Ampli Ouest France, pour faire découvrir notre musique aux lecteurs bretons surtout. Pour ce qui est de mes cours de chant, tout va bien, mes élèves ont l’air très heureux, oui, merci beaucoup David . Les cours de Chant que je dispense se déroulent  en petits groupes et dans une trés bonne ambiance. Cela va de l’eveil musical en maternelle aux cours de chant pour adolescents et adultes. En cours particuliers, j’ai également des chanteurs confirmés avec qui on travaille plus les techniques de chant, le souffle, la respiration, l’improvisation et la composition. Nous enregistrons souvent en studio, pour progresser, ils m’apprennent beaucoup aussi. Ca va dans les deux sens. La prochaine  étape me concernant, en tant qu’enseignante, et animatrice, ce sera la Musicothérapie. J’espère d’ici quelques années pouvoir animer des ateliers musicaux auprès des enfants en milieu hospitalier …

Et pour CHILDREN IN PARADISE même qu’est-ce qui est prévu , est-ce qu’après avoir trouvé le batteur qu’il vous faut, vous pensez entamer quelque chose de plus programmé en termes de concerts, comme une tournée ? Tout ceci étant bien sûr lié à la sortie de « Morrigan », vous pensez qu’il pourrait être dans les bacs vers quelle période finalement ?

On espère pouvoir organiser une tournée en France et à l’Etranger, oui …on y travaille actuellement.  La sortie de  » Morrigan  » est prévue pour la fin de l’année 2015… Si des organisateurs veulent nous inviter  ce sera avec plaisir. Voici le contact : tel 06 63 55 27 42 /contact@childreninparadise.com

Avec la beauté et la finesse musicale que CHILDREN IN PARADISE peut offrir à ceux qui l’écoutent , est-ce que vous avez pensé à un moment donné à lier l’écoute à la vision, je veux dire à offrir une espèce de clip vidéo qui mettrait vraiment en valeur des chansons comme « Don’t forget me », « I’m not scarred » et j’en passe….Tu vois un environnement celtique empreint de nature et de liberté ?
Merci David, pour le compliment. Oui, ce serait super de pouvoir réaliser un clip. On y songe sérieusement pour l’un de nos prochains titres. Cela va sans doute se faire .

Pour aller jusqu’au bout des choses, jusqu’au bout de vos pensées de vos idées, de vos envies, est-ce que vous n’auriez pas imaginé poser des paroles en langue celtique pour véritablement englober l’auditeur dans une dimension irréelle ?Alors peut-être que vous avez déjà essayé et que l’essai n’était pas concluant je ne sais pas ?

Dam kat : Et bien, je ne parle aucune langue dite  » celtique » . L’anglais restant pour moi ma langue de cœur mais c’est une bonne idée, pour quoi pas.

Je vais vous dire quelque chose qui n’a absolument rien à voir, mais je me suis aperçu, il y a peu, et c’était assez marrant mais la pochette de « Esyllt » qui était de Cédric Pierrat si je ne dis pas de bêtise, j’ai eu la sensation en la regardant que c’était Gwalsc’hmei de dos…Bon je me fourvoie peut-être, mais cela ne vous a jamais effleuré ? 

Gwalchmei aurait-il sauté pieds joints dans l’album, ahah :) ? Oui, tu as raison, on nous l’a souvent dit. Inconsciemment peut être est-ce la légende qui rejoint la réalité ?

dsc_0626crCliquez sur l’image !

Allez j’en ai fini pour cette fois-ci, surtout tenez nous au courant pour ce prochain album, pour les dates de concerts autant de CHILDREN IN PARADISE que les tiennes Kat, et merci beaucoup d’avoir pris le temps d’éclaircir ces quelques points, on souhaite une longue vie à CHILDREN IN PARADISE et je vous laisse terminer…
Merci David pour l’intérêt que tu portes à notre musique et merci mille fois pour le travail phénomenal que tu réalises avec tes chroniques et le soutien que tu apportes aux musiciens  !
Sinon, j’ai oublié d’en parler mais nous allons bientot faire appel au public pour la réalisation de notre album  » Morrigan  » . Si certains personnes veulent nous soutenir, rendez-vous sur notre page facebook, vous aurez très bientot, c’est à dire d’ici le mois de Janvier, toutes les informations pour nous aider à financer notre album, via le site KISS KISS BANK BANK . Une simple pré-reservation de l’album suffira pour nous aider à financer l’enregistrement en studio et le pressage des Cds !

Voilà, merci à toi david, longue vie à ton webzine , c’est  rare la sincérité qui te caractérise, bravo à toi , et j’espère à tout bientot !P o k o u ^^

contact groupe :
damkat  / millot.kathy@yahoo.fr / Booking Concert /  tel 06 63 55 27 42

Liens :

Site internet :  www.childreninparadise.com et www.damkat.fr
CIP sur facebook
DAM KAT sur facebook 

Chroniques précédentes :

Chronique réalisée pour Magic Fire Music Webzine: Chronique

Interview mise en ligne le 01/01/2015
Arch Gros barbare

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s